Suivez Modern Zeuhl

Pour suivre Modern Zeuhl sur Facebook, Twitter, par mail ou via RSS, c'est en bas de page.

dimanche 5 décembre 2010

Interview The Algorithm


Mon premier article était consacré à The Algorithm, un mélange détonnant de styles de tous les bords et de tous les horizons (metal, techno, dubstep, hip-hop, pop...) produit, avec un talent plus que certain, par un jeune Sudiste nommé Rémi Gallégo. Voulant en savoir plus, et largement incité par mon colocataire que je remercie, je lui ai proposé une petite interview... et le pire, c'est qu'il a accepté.





MZ : D'abord, merci pour ta ponctualité... et merci d'avoir accepté, surtout ! Sans vouloir te lécher les pompes, j'en suis sévèrement ravi !
Rémi : C'est moi, content que tu t'intéresses à ma musique.


Et je ne suis pas le seul, mon coloc et quelques-uns de mes amis sont tombés irrémédiablement amoureux de The Algorithm ce dernier mois, c'est-à-dire depuis que j'ai découvert par hasard en fouillant dans les amis MySpace des Geeks [NdR : il s'agit du groupe parisien The Geeks and the Alcoholic Genius]. La première question qui me turlubite, c'est : "non mais quelle idée ?" En plus développé, ça donne : comment as-tu eu à la fois l'idée et le cran de mélanger autant de styles différents ?
En fait, en tant que fan absolu de The Dillinger Escape Plan, j'ai commencé à avoir l'idée de monter un projet solo dans un style mathcore. J'ai enregistré deux/trois merdes pour finalement me rendre compte que d'une, c'était entièrement pompé de DEP, et de deux, à cause de ma config, je n'arrivais pas à avoir autre chose qu'un son assez synthétique et électronique. Ce qui m'a permis de développer parallèlement deux idées : explorer l'idée d'une musique entièrement chaotique, et faire évoluer le son dans un style justement complètement électronique.


C'est presque paradoxal, dans le sens où, pour ne pas ressembler à un simple patchwork, ta musique a dû passer par des gros cassages de tête pour les arrangements, non ?
J'ai toujours aimé l'idée de construire une musique comme on raconte une histoire, au-delà d'un simple brassage de riffs masturbatoires, donc, pour répondre à ta question, je pense qu'en visualisant ce qu'on entend, c'est beaucoup plus facile de créer des liens entre chaque partie. Je ne m'y connais pas assez en théorie pour te répondre avec des mots intelligents, mais disons que je cultive beaucoup l'art du non-sens, ou comment opposer des choses qui n'ont rien à voir pour rendre ça cohérent, et c'est le cas dans la plupart des arrangements que je fais. En fait je pense que le Kamoulox à été ma plus grosse influence dans ce projet.


Ah ben merde, je pensais plutôt aux Monty Python, pour ma part. Au niveau des influences, il m'a semblé reconnaître du Psyopus (dans le côté chaotique jusqu'au-boutiste de certaines constructions, dans certains riffs bien aigus et bien tranchants aussi). Tu as plutôt l'air de citer Dillinger comme référence absolue...
Psyopus a cette particularité de pousser le chaos rythmique/mélodique à l'extrême, ce qui m'intéresse et m'influence beaucoup. Seulement, quand on construit un groupe avec une idée comme ca, paradoxalement ça devient vite rébarbatif. Ce que j'adore chez Dillinger, c'est la maîtrise et la diversité des structures ; mêler jazz, mathcore et pop, c'est une idée de génie qui m'a justement donné envie de mélanger des styles musicaux. En tout cas, ces mecs en live, c'est la plus grosse claque de ma vie !


Par contre, il reste un petit quelque chose qui me turlupine. On parle de chaos musical depuis tout à l'heure, mais tu es bien plus calme sur certains passages (je pense notamment à "Release" sur "The Doppler Effect" et, dans une moindre mesure, à "Kernel Pt 1" sur "Critical.Error", avec une petite apparition remarquée d'Eminem). Ce n'est pas qu'un projet de math/électro/core, du coup, The Algorithm...
Je pense justement que le chaos musical, ce n'est pas seulement des riffs à 240 BPM et des blasts à tout va, l'intérêt du truc est justement de mêler tout avec tout (c'est beau !). Donc en gros, des passages vont être calmes, d'autres ne le seront pas, d'autres le seront un peu mais pas trop, bref il n'y a pas forcément de règle, et c'est ça la clé : pourquoi se contraindre à un schéma précis quand on peut explorer un million d'autres choses ? J'apprécie rarement qu'on sectarise un style de musique, ça finit dans la plupart des cas dans une redondance de plans sur-entendus, la musique ça ne se définit pas en styles indépendants les uns des autres, j'en suis convaincu !


Belle réponse, en effet ! D'ailleurs, on sent l'évolution de tes propres goûts musicaux en écoutant les deux EP... Du côté électro, il y a une french touch indiscutable, des lignes de basse à la Daft Punk, notamment, mais... Aurais-tu découvert le dubstep l'an dernier, par le plus grand des hasards ?
Aaah la dubstep ! J'en écoute surtout depuis l'an dernier en effet, mais ça requiert un travail assez particulier dans le sens où la synthèse des basses est assez complexe ; je m'y penche de plus en plus, ce qui explique pourquoi mes nouvelles prods sont orientées dans ce sens-là. J'essaye d'y ajouter ma touche perso petit à petit sans que ça prenne un trop gros espace sonore, je pense pas du tout virer de bord et ne produire que ça c'est sûr !


Puisque tu me fournis une transition incroyable vers cette question, penses-tu que The Algorithm va évoluer dans une (ou plusieurs) direction(s) particulière(s), ou composeras-tu au gré de tes envies du moment ?
L'idée que j'essaye de développer depuis "Critical.Error" est celle de produire des musiques que je qualifierais d'injouables. Dans "The Doppler Effect", par exemple, la plupart des plans peuvent être joués avec un vrai batteur, un vrai guitariste, etc. Seulement, ça limite les choses ; les possibilités quand on travaille un son de batterie, de guitare, ou toute autre chose sont tellement vastes que j'aime les explorer et finalement créer des plans musicaux qui ne pourront jamais être entendus dans un groupe "réel". C'est le fil rouge de tout mon projet et ce vers quoi je converge. Après, globalement, je compose en fonction de ce que j'ai dans la tête et je ne m'impose pas grand chose. Je distribue ma musique gratuitement et ne suis soumis à aucun label, ce qui fait que j'ai peu de limites, et ça ça n'a pas de prix !


D'ailleurs, ta musique est entièrement gratuite, alors que tu dois y passer un temps incroyable... Mais de quoi vis-tu ?
De musique, d'eau fraîche et de Big Tasty ! Plus sérieusement, je suis en école d'ingé en alternance, en Informatique et Réseaux, et suis payé pour, ça aide ! J'essaye d'évoluer dans le développement d'applications audio, genre séquenceurs, VSTs, et tout le bordel. [NdR : bizarre, ça ne m'étonne même pas...]


Une petite dernière question : si tu devais garder cinq CDs avec toi pour la vie et lancer les autres sous un rouleau compresseur de vingt-cinq mètres de diamètre (modèle Fuckinator 3000), lesquels balancerais-tu en premier, et lesquels finirais-tu par conserver ?
Question difficile ! Alors je garderais :
Born Of Osiris - The New Reign
The Dillinger Escape Plan - Miss Machine
Between The Buried And Me - Self-Titled
Veil Of Maya - The Common Man's Collapse
Lorie - Tendrement
Je jetterais :
Floating Wood - Demo (Je déconne, ces mecs sont géniaux et j'en profite pour placer une pub discrète !) 
Lorie - Attitudes (Vraiment une honte comparé au génie des débuts !)
The Algorithm - Critical.Error
The Algorithm - The Doppler Effect (Je ne sais pas si tu connais les deux derniers, mais très franchement ils sont purement scandaleux.)


Merci pour la pub ! J'ai écouté la démo de Floating Wood pour la première fois ce midi, et je me suis pris une bonne volée en travers de la gueule ! Petite question bonus... Rappelle-moi ton âge ?
21 ans et toutes mes dents ! (Du moins je crois.)




Merci beaucoup à Rémi d'avoir joué le jeu. (Vingt-et-un ans... Putain, je n'en reviens toujours pas.) A noter : l'ouverture du BandCamp officiel de The Algorithm. On attend avec une impatience incroyable la possibilité de télécharger les EPs en 320kbps... car il semblerait que cela soit prévu.

1 commentaire:

GrandJu a dit…

This thing is going pretty serious (in a good way ;) ).
Keep goin' my hairy friend!

Enregistrer un commentaire