Suivez Modern Zeuhl

Pour suivre Modern Zeuhl sur Facebook, Twitter, par mail ou via RSS, c'est en bas de page.

mercredi 9 mars 2011

Interview Noein


Jeune groupe Rouennais découvert en concert, les death/indus-metalleux de Noein ont deux qualités énormes. Primo, leur musique est excellente (l'EP "The Initial Tale" passe très souvent sur ma platine). Secundo, ils ont une scène une pêche phénoménale. Voulant en savoir plus, je les ai invités chez moi pour leur poser quelques questions. Trois d'entre eux sont venus : la chanteuse Jenni, et les deux guitaristes Adrien et Nico, et nous avons parlé du groupe autour de quelques 1664. Voici ce qui est ressorti de plus d'une heure de discussion, entre deux fous rires et au milieu de tout un tas de blagues d'un goût douteux.



De gauche à droite : Adrien, Cindy, Nico, Syl, Jenny.


Je vais vous laisser faire le boulot pour la première question, la plus conne : comment qu'il est né, votre groupe ?
(Silence.)
Adrien : Je vous laisse parler de ça, moi j'étais pas là au début.
Nico (récitant son texte) : Le groupe est né en août 2007, de la conviction de Nicolas Magnier et Jennifer Millencourt. (rires)
Jenni : On voulait former un groupe de métal indus, avec du chant clair et du chant saturé. On a rapidement trouvé Syl [Sylvestre, batteur du groupe, NdR], avec qui ça a bien collé dès le départ, puis Adrien, quelques mois après.
Adrien : Je jouais dans un autre groupe avec Sylvestre, en remplacement de sa chanteuse puis de son guitariste, à l'époque. Il avait commencé à travailler avec Nico et Jenny, et il m'a fait écouter un titre qu'ils avaient enregistré ensemble ; j'ai rejoint le projet peu de temps après.
Nico : Vers septembre/octobre. Puis Cindy [bassiste, NdR] nous a rejoint vers janvier 2008. A la base, on voulait être un groupe sans basse, vu qu'on était accordé super grave, mais on s'est rendu compte qu'il nous fallait quand même une basse. On a intégré Cindy pour ajouter du glamour et de la profondeur.
Adrien : Mec, t'as appris les réponses par coeur ! C'est déjà les réponses de l'autre fois !
Adrien et Nico : A la base, on est un groupe de death-metal industriel, avec des influences communes, comme Devin TownsendFear Factory, Strapping Young Lad, Mnemic, le son à la suédoise comme Soilwork... On est aussi des gros fans de Meshuggah, Gojira, Textures, Arch Enemy. Au niveau des harmonisations et des thèmes, tu peux retrouver des éléments un peu metal suédois, des trucs assez chantants au niveau des mélodies de guitares aussi, peut-être moins sur l'EP que dans les nouveaux morceaux d'ailleurs... qui ne sont pas encore en écoute.

"Spirits and Flesh", avec le visuel de l'époque... qui est sans doute le seul point noir du groupe, en fait.

L'enregistrement est prévu ?
Nico : Pas encore, non. On va attendre l'an prochain, parce qu'on ne veut pas reprendre les titres de l'EP pour l'album, mais vraiment sortir du tout neuf.
Adrien : Dans la mesure où les titres sont assez chiadés, ça prend quand même pas mal de temps pour tout mettre en place.
Jenni et Nico : On a déjà trois ou quatre nouveaux titres vraiment prêts, depuis la sortie de l'EP en avril dernier. Certains qu'on joue en live, pour compenser une vieille chanson qu'on a viré parce qu'elle n'est plus d'actualité. La plus vieille qu'on joue, c'est "Decay", notre troisième.

Comment composez-vous ?
Nico : Je bosse le gros des riffs à la maison, puisque c'est moi qui ai le matos pour enregistrer. J'ai deux façons de faire : soit caler un sample en harmonie sur un riff de guitare, soit créer un sample et adapter un riff dessus.

C'est un mode de composition un peu metal, un peu électro, en fait ?
Nico : Absolument. Quand on part d'un sample, on va plutôt développer l'harmonie du sample et la rythmique de la guitare, et dans l'autre sens, c'est vraiment la sonorité du riff qui est primordiale, et ensuite l'harmonisation du sample.
Adrien : Nico joue beaucoup chez lui, il enregistre plein de trucs, y compris des trucs qu'on ne garde pas...
Nico : Des fois plus de trucs qu'on ne garde pas ! (rires) On ne retient que ce qui plaît à tout le monde.

Non représenté ci-dessus : le processus de composition de Noein.

Adrien : En même temps, il est difficile avec lui-même, des fois il n'est pas content de ce qu'il fait, d'autres fois il nous envoie une chanson complète qu'on trouve tous géniale, et on n'a plus qu'à l'apprendre.
Jenni : Derrière, de toute façon, Adrien joue avec la deuxième guitare, Syl refait ses parties de batterie... Chacun met sa patte dessus.
Nico : La base de Noein restant la mélodie des guitares et des samples.
Jenni : On se voit en soirée et on s'échange des fichiers pour la composition, et on garde généralement les répétitions pour le jeu de scène, pour "bouffer du set".
Nico : Ca peut éventuellement manquer à la spontanéité du groupe de taper des boeufs de deux heures en buvant des bières, mais bon. Adrien est déjà pas mal pris, donc s'il fallait qu'il compose en plus, il n'aurait plus de vie ! (rires)
Adrien : Dans tous les cas, je n'ai jamais été un très grand compositeur ; tu me dis d'improviser, je suis perdu. C'est très agréable pour moi d'avoir une base, les plans de Nico, que je trouve géniale, et de rajouter ma touche dessus. C'est super confortable pour un gros feignant de merde comme moi.
Nico : Quand on voit le travail que tu fais pour tes pièces de théâtre, on ne peut pas te jeter la pierre. D'ailleurs, au niveau du jeu de scène, tu as plus ta place.
Adrien : On a chacun sa place. Je donne aussi un coup de main à Jenni pour les paroles, on en discute ensemble, je l'aide pour la traduction en anglais... Chacun apporte sa pierre à l'édifice.
Nico : Si le groupe ne tenait que sur moi, on se serait cassé la gueule. Je ne suis pas du tout commercial, jamais sur le Net, je n'ai pas Facebook...
Adrien : T'as pas Facebook ?!
Jenni : Il n'est pas allé sur notre Myspace depuis au moins un an ! (rires)
Adrien : De toute façon, Myspace, c'est de la merde. Petit message au passage.

Le message est passé.

Nico : On se rend compte maintenant qu'un groupe, ce n'est pas que de la musique, c'est une grosse collectivité où chacun a des choses à faire, et tout le monde est partie intégrante du groupe.
Adrien : On se complète bien, on est une bonne équipe.
Nico : Pareil, on envoie Adrien pour les interviews ou pour parler. Nous, on sait pas parler, alors on envoie les gens cultivés.
Adrien : Pour les interviews, contactez-moi directement. En tout cas, on est vraiment une petite famille.
Nico : On a nos petits potins dans le groupe, en plus, et des fois Adrien fait l'homme, des fois la femme...
Adrien : Des fois, il filme. (rires)
Nico : On va faire un film de cul bientôt, avec une bande-son bien indus, des femmes avec des plaquettes de RAM sur les seins... (rires) On investit tous pour le groupe et personne ne rechigne à le faire évoluer.
Adrien : C'est surtout toi qui investis dans le matos, d'ailleurs...
Nico : Ouais, mais je fais aussi mon p'tit son à côté, j'enregistre d'autres groupes...

Lesquels ?
Nico : J'ai enregistré des titres de BTSO [Back To Square One, groupe de hardcore rouennais, NdR], Hatred Down [hardcore rouennais, NdR], Herkainn, et en ce moment Retro'Motion [idem, NdR]. J'ai trois ans de home studio, et Thibault [Chaumont, NdR] de DeviantLab, qui nous a fait notre EP, m'a filé plein de conseils ; il m'a appris en deux mois plus que ce que j'ai appris en deux ans.
Jenni : Et que par téléphone, en plus !
Nico : Il est tellement passionné qu'il restait pendant une heure au téléphone, hors Noein, à m'expliquer des trucs. On va encore travailler avec lui pour l'album, pour le prochain clip, et il sera notre ingé son pour le tremplin Metallian au Transbordeur.
Adrien : Il est notamment ingé son de Trepalium, et il fait du super-bon boulot. C'est une pointure !

Vous avez aussi un grand soutien des Arts Bourrins, comment est née cette collaboration ?
Nico : Les filles qui participent à l'asso, Adeline et Elodie, ont vu le clip de "Chrysalis" quand il est sorti, et ont insisté auprès de FX [organisateur du Festival des Arts Bourrins, NdR] pour qu'on joue aux Arts Bourrins 2009 alors que tout était déjà booké.
Adrien : A la sortie du festival, FX est venu nous complimenter, et il lui est venu l'idée d'ouvrir une partie de l'asso comme label associatif avec les bénéfices que le festival a réussi à générer pour la première fois cette année-là, et il nous a fait un contrat en or : il est manager, booker, il fait notre promo, et on n'a qu'à faire de la musique.
Nico : C'est grâce à lui qu'on a été sélectionné pour le Transbordeur.
Adrien : Je crois que c'est Syl qui avait repéré le concours, il en a parlé à FX qui a fait toutes les démarches.

Un extrait de la prestation de Noein au Festival des Arts Bourrins édition 2010. (Votre serviteur est quelque part, juste devant la scène, en train de prendre son pied.)

"The Initial Tale" est un concept EP, si j'ai bien compris ?
Jenni : Tout à fait. On est parti d'un concept sur lequel on a planché avec Adrien, d'un univers dans lequel une corporation contrôle tout et tout le monde, aux niveaux politique, médiatique, éducatif... Ils vont jusqu'à cloner des êtres humains pour les commercialiser -- dans le domaine pharmaceutique, ou pour en faire des bonniches... Adrien a écrit le synopsis qui est dans l'EP, et je tire les paroles de cet univers.

Vous resterez dans cet univers pour les nouvelles chansons ?
Jenni : Oui, mais il y aura des rebondissements dans l'histoire. L'EP est basé sur le contrôle de la corporation et le clonage, ainsi que ses ratés. L'histoire se développera encore, l'EP est une sorte d'introduction.

C'est basé sur une sorte de concept philosophique ?
Jenni : Non, c'est plus une histoire fantastique.
Nico : Mais on s'y retrouve quand même, et j'y suis attaché, dans le sens où l'évolution humaine me fait peur.
Adrien : C'est une sorte de parallèle de notre société, où la population est abrutie par les médias, la télé, les jeux...
Jenni : Ils lancent déjà leurs modèles de clones, d'ailleurs, regarde toutes ces blondes siliconées à forte poitrine. Toutes les mêmes !

Et tout ça grâce à qui ? Hein ? Connasse.

Adrien : C'est une sorte de métaphore de notre société d'aujourd'hui, où tous les pouvoirs sont détenus par les mêmes personnes, tandis que le peuple ne se rend compte de rien et continue à vivre comme des moutons, manger, dormir, bosser, dépenser de la thune... On pousse ça à l'extrême dans un univers de science-fiction.
Nico : On ne veut pas faire de politique dans le groupe, mais on se sert d'une histoire de SF pour adapter ce qu'on ressent.
Adrien et Jenni : Ce n'est pas forcément évident en regardant le clip, mais on y voit le premier clone viable, qui naît d'un coup, dans un corps adulte, avec un cerveau formé mais vide... C'est un peu difficile à voir, parce qu'on n'a pas réussi à y mettre tout ce qu'on voulait et qu'on était un peu pressé par le temps, mais l'esprit est celui-là : le ressenti du clone à son réveil. Et chaque chanson parle d'un aspect de cet univers : "Chrysalis" parle du premier clone féminin, "Spirits and Flesh" parle des esprits des gens initiaux qui rôdent au-dessus de leurs clones... On vient d'ouvrir l'histoire, sans trop savoir où elle va nous mener, mais on a plein d'idées.

Le clip de "Chrysalis". C'est vrai que ce n'est pas évident de comprendre tout seul de quoi ça parle... Mais ça en jette.

Vous avez pas mal d'actualité en ce moment, à commencer par le fameux tremplin au Transbordeur...
Nico : Voilà, un concert gratuit au Transbordeur de Lyon le 13 mai, organisé par Metallian. Il y a quatre groupes, chacun jouera 40 minutes, et un jury de professionnels déterminera le groupe qui représentera la France pour une sorte d'Eurovision metal qui se passera au Wacken [Wacken Open Air, le plus gros festival de métal européen, dans le Nord de l'Allemagne, NdR].
Adrien : On ne se fait pas beaucoup d'illusions, particulièrement face à Hord. Ils ont deux albums, le deuxième a été enregistré en Hollande par le guitariste de Textures...
Nico : Apparemment, ils ont été repérés à Montpellier par Stéphane Buriez [fondateur de Loudblast et ingénieur du son pour des groupes comme Behemoth, Black Bomb A ou encore L'Esprit du Clan, NdR]...
Adrien : Tout va se jouer sur le live, alors on va tout donner, croiser les doigts et on verra. Mais déjà, jouer au Transbordeur, c'est une grande occasion !
Nico : Et si Hord gagne, je serai le premier à aller les féliciter.
Adrien : Vous pouvez aussi voter pour eux pour qu'ils jouent au Metal Camp en Slovénie, sur le site du festival.

Encore un groupe dont il faudra se souvenir...

Et Jenni a aussi la possibilité de chanter avec Dagoba sur la scène du Hellfest.
Jenni : Oui. J'étais en répé avec des copines (le dimanche, au lieu de parler potins, on fait de la musique) et on a vu le concours dans Metallian, où il fallait se filmer en prise live, avec les moyens du bord, sur la chanson "Waves of Doom". On a fait la vidéo, on leur a envoyé, et grâce aux votes des internautes sur Youtube, je suis arrivé dans le trio des finalistes.
Nico : Ca nous a aussi permis de faire découvrir notre groupe, grâce à VS-Webzine, et les internautes ont vraiment adoré ce qu'on a fait. On n'a pas du tout eu de mauvais commentaires (éclats de rire), et ça nous donne vraiment envie de continuer.
Adrien : Au moins, ça a fait parler de nous.
Nico : On n'a jamais eu autant de commentaires, et ça c'est fabuleux, c'est le début de la réussite. D'ailleurs, on remercie les gens de VS. On a notre fan-club sur VS.
Adrien : Par contre, un grand merci à Metallian, pour la chronique, le concours Dagoba, le Transbordeur... Trois fois en un an, c'est vraiment cool.
Nico : Ouais, un grand merci à eux.

En haut : un magazine que Noein remercie mille fois.
En bas : un très bon webzine, mais dont le lectorat est rempli d'internautes langue-de-pute, lâches et sans cervelle.

Pensez-vous quand même que le fait d'avoir deux femmes dans le groupe ne vous a pas aidé sans que vous le vouliez ?
Nico : Si, tout à fait, et d'ailleurs ça me becte un peu. Je suis vraiment barré sur le côté artistique de la musique... J'aurais bien aimé voir si, en n'ayant que des mecs dans le groupe, on aurait pu arriver à ce niveau.
Jenni : Pourtant, je fais ce que je peux : je rote, je pète...
Nico : Malheureusement, tu vois que la société a des critères de jugement bizarres.
Adrien : En même temps, c'est con, mais jeudi soir j'ai vu Reka, un super groupe russe de post-hardcore, et quand j'ai vu une petite nana toute mimi en jupe monter la batterie, je me suis dit "C'est marrant, c'est une roadie ? C'est la nana du chanteur ?". En fait, c'était la batteuse du groupe, et je n'ai regardé aucun des autres musiciens pendant tout le concert. J'étais fasciné par ce petit bout de femme qui a envoyé du bois pendant tout le concert.

Je finis sur ma question rituelle. Vous partez en montgolfière avec tous vos CDs, mais la nacelle est trop lourde, et vous devez jeter tous vos albums sauf cinq pour vous délester et vous envoler vers le pays magique des fées. Lesquels gardez-vous, et lesquels jetez-vous en premier en criant "bon débarras" ?
Adrien : On peut facilement jeter les Korn...
Jenni : Non, pas Korn ! Ou alors, les derniers...
Nico : Allez, on garde "Issues" pour Jenni.
Adrien : On garde "Alive" de Meshuggah.
Nico : Et "The Link Alive" de Gojira, parce qu'il est phénoménal. Syl prendrait du Fear Factory, un petit "Mechanize". Cindy, elle prendrait quoi, du Papa Roach ? (rires)
Adrien : Du Textures, peut-être ?
Jenni : Le dernier Hacride, "Lazarus". (approbation collective) Et pour moi, un petit Devin Townsend Project, "Addicted".
Adrien : Je peux jeter les vieux Sepultura, quand ils avaient des cartouchières en guise de ceintures, mes Soulfly, mes Artsonic facilement...
Nico : Les Pleymo, les Watcha... Les Aqme...
Jenni : Evanescence, on brûle, même !
Adrien : Fallait pas l'acheter à la base.
Jenni : Nightwish et Epica aussi, on les brûle.
Nico : En fait, on n'aime pas du tout les groupes à femmes, sauf nous. (rires)


Merci beaucoup, Noein.


Leur MySpace : http://www.myspace.com/noeinmusic


Leur page FaceBook : http://www.facebook.com/pages/Noein/137435620269


Leur nouveau profil FaceBook : http://www.facebook.com/profile.php?id=100002190461223&ref=mf

2 commentaires:

catalepsia a dit…

Dommage pour V-S qui est un webzine carrément bien, mais polluer par un tas de con !!On tien à remercier les gens qui nous soutiennes :l'asso les arts bourrins(FX);le gare aux musiques(guigui,bébér),qui nous aides beaucoup,nos potes Herkainn ,Nebulous,bio-se...,et tout les gens qui viennent foutre le bordel à nos concerts ,et merci à toi Mathias pour l'intérêt que tu nous porte !!!jenni

Modern Zeuhl a dit…

De rien, ma Jenni... J'ai pas choisi d'aimer votre musique, ça s'est juste imposé a moi xD
Et je suis bien d'accord pour VS (de toute façon on en a déja parlé) : c'est un très bon site, mais il y a des petits planqués derrière leur écran qui devraient apprendre le respect. Ceci dit, je vais peut-être changer deux/trois mots pour que les lecteurs comprennent que je n'ai rien contre le webzine lui-même.

Enregistrer un commentaire