Suivez Modern Zeuhl

Pour suivre Modern Zeuhl sur Facebook, Twitter, par mail ou via RSS, c'est en bas de page.

lundi 7 mars 2011

General Lee (+ The Birds End)


Vous l'avez vu, il y a eu sur Modern Zeuhl une grande période de tabassage auriculaire, avec des Igorrr, des Drumcorps, des Fast Forward, bref : des gros métissages metal/hardcore qui piquent, le tout avec à peine un petit interlude de chanson lo-fi (CALLmeKAT) pour se reposer un peu. C'est sans doute le principal "inconvénient" que peut avoir un one-man-blog : le contenu dépend en grande partie des goûts musicaux du moment de l'unique rédacteur. (Je suis ouvert à toute proposition de collaboration, d'ailleurs.)

Mais ça va changer, nom de nom ! Parce que mes goûts changent aussi, par périodes, et qu'après le concert en forme de claque que je me suis pris dans le coin de la gueule mercredi dernier, je me suis dit que nom de nom, il était temps que je vous parle de ce fabuleux groupe qu'est General Lee.




Trouvez l'intrus. S'il y en a un.

Il est rare de trouver une véritable touche personnelle dans le postcore. Ce style est généralement résumé à trois groupes : Cult of Luna, Isis, Neurosis -- et malheureusement ce résumé est relativement bon. Les clones de clones de clones sont légion, pas uniquement dans ce style, bien sûr, mais c'est flagrant dans le postcore, un style dans lequel un album pourra nous emporter ou nous laisser indifférent, sans que l'on sache vraiment à quoi cela se joue. Les riffs sont simples, l'expression directe... une pente très glissante. Et c'est là où General Lee tire son épingle du jeu : ces jeunes Nordistes parviennent, dans leurs deux albums "Hannibal ad Portas" (2008) et "Roads" (2010), à insuffler une sublime mélancolie et une étrange lumière qui sont exactement l'essence du postcore.

La très belle "Our Last Struggle Winter", sur "Hannibal ad Portas".

Certains puristes n'auront pas manqué de gueuler "c'est de la copie éhontée de Cult Of Luna", gnia gnia gnia. C'est arrivé notamment sur le (pourtant bon) site Thrashocore : "Roads" s'est tout simplement fait descendre dans une chronique gratuite, vile, que l'on pourrait qualifier de "putain de viol". Pour moi, écrire un torchon de ce genre, c'est tout simplement ne rien comprendre à la musique : d'accord, la production est sensiblement la même (une production postcore, quoi) ; d'accord, la voix est sensiblement la même (une voix postcore, quoi) ; mais les ambiances, merde ? N'est-ce pas ça, l'essentiel ? Alors, si cet Ikea (putain, ce pseudo en bois) qui a écrit cette "chronique à la con" -- c'est sa propre désignation -- tombe un jour sur cette page, qu'il lise un avis très différent du sien : j'affirme que General Lee, bien qu'influencé par ses pères, c'est-à-dire le trio de tête présenté au début de cette chronique, arrive à intégrer ses propres émotions et sa propre personnalité à sa musique, lui insufflant une richesse émotionnelle envoûtante, et que non, ce n'est pas qu'une simple parodie de Cult of Luna, loin de là. On ne parodie pas une émotion. On ne parodie pas une finesse d'esprit. On ne parodie pas une énergie, un ressenti, une vibration.

"The Red Room", sur "Roads".

Descendre un groupe qui essaie de proposer avec une telle honnêteté sa vision de la musique, c'est un crachat envoyé dans la gueule de la créativité et de l'initiative artistique. L'attaquer sur quelque chose d'aussi peu pertinent que ses pochettes d'album, c'est de la méchanceté gratuite, et de l'insulte à l'intelligence. Car il faut le dire, en un mot comme en cent : General Lee est un très bon groupe de postcore. L'énergie mélancolique qu'il distille au long de ses compositions, cette douceur râpeuse qui nous berce à l'écoute de leurs deux très beaux albums, n'a pas à souffrir d'une quelconque comparaison : elle existe en tant que telle, forte, prenante, apaisante, sans artifices. Et en live, je n'en parle même pas : leur concert au Bateau Ivre de Rouen, le 2 mars 2011, était une immense claque ; la fraîcheur de chaque instrumentiste, l'énergie rugueuse, la foi projetée dans le jeu de chaque musicien, la qualité du son, presque incroyable pour la salle -- rien ne faisait défaut. Strictement rien.

"Colossal Rains", de "Hannibal ad Portas", jouée sur scène il y a tout juste plus de deux ans. La version de la semaine dernière était encore dix fois meilleure.

Et puisqu'on en est à ce concert, je tiens a saluer la superbe prestation du premier groupe de la soirée, The Birds End, dont le postrock a la Explosions in the Sky nous a fait planer, nous a ému, nous a stupéfait, et nous a laissé hagards, un sourire niais collé aux lèvres, et quelques larmes de bonheur et de beauté en train de sécher sur nos joues. Ces petits Normands se penchent sur un premier EP qui devrait être enregistré cet été, et je les suivrai de très près : la beauté de leurs compositions, toutes instrumentales, est surprenante chez un si jeune groupe, qui nous laisse affamés, réduits à écouter en boucle la seule chanson de leur MySpace, attendant le prochain concert en nous rongeant les ongles.



MySpace de General Lee : http://www.myspace.com/generalee

MySpace de The Birds End : http://www.myspace.com/thebirdsend1

4 commentaires:

Jän a dit…

Bah j ai lu la chronique d'Ikea ailleurs et celle ci ici et bin moi je trouve que ça ressemble à du Callisto (Wormwood) mouhahaha .... rien à battre, j'aime ce style de musique, d ailleurs ça me rappelle ce qu'on dit aux gamins, ce que j'explique à mon fils tous les jours, on ne dit pas "c est tout pourri" on dit plutot "je n'aime pas ça" :-)

Modern Zeuhl a dit…

*étincelle au fond de ma cervelle*

Oh, oui, Callisto, tiens... Il faudra que j'en parle par ici. "Providence" est juste un chef-d'œuvre.

Merci pour tes conseils musicaux, je connais Chapelier Fou, pas les autres. Ouaiiis, de la nouvelle musique !!!

Anonyme a dit…

haha je viens d aller trainer sur ton facebook et j ai ecouté "ochester" et milk ... bah une tuerie aussi, du Archive en plus léger et le groupe au violon ralala, ça me fait penser a un groupe indé de metal US (avec du violon aussi) mais j ai le nom qui reste collé sur le bout de la langue bah ça reviendra ... j ai pas d excuse je passe ma journées avec un casque sur les oreilles a denicher des trucs a ecouter, et je dois dire que je n ai jamais vu un blog aussi bien fourni en experience auditives nouvelles !!!

Modern Zeuhl a dit…

Je prends ça comme le compliment le plus énorme que j'ai reçu jusqu'ici, vu que c'est grosso modo ce que j'espérais que certaines personnes en penseraient (et que même que c'est pour ça même que je parle que des trucs que j'aime moi-même, même). Rendez-vous tous les deux jours pour une nouvelle possible découverte, dans ce cas !

(Et je n'ai pas fini de parler d'Orchester, ils le méritent vraiment... Ce groupe est totalement génial.)

Enregistrer un commentaire