Suivez Modern Zeuhl

Pour suivre Modern Zeuhl sur Facebook, Twitter, par mail ou via RSS, c'est en bas de page.

vendredi 20 mai 2011

Live review : Septicflesh + Svart Crown (18/05/11, Le 106)


Septicflesh live. On s'attend déjà à une grand-messe sombre et prenante, de celles dont on ne ressort pas indemne, à s'étonner que le soleil se lève encore le lendemain matin. Le groupe a invité des amis pour sa tournée : W.E.B et Valet Parn, deux autres groupes athéniens, sont sur toutes les dates (d'ailleurs, le cousin d'un membre de Septicflesh joue dans Valet Parn). Seul au milieu des non-francophones (bien que le batteur de Septicflesh bredouille quelques mots), le groupe niçois Svart Crown compense en buvant plus et plus souvent que les autres, d'après une source sûre : le frontman de W.E.B, qui a confirmé l'info en direct depuis la bulle radio de la salle.

D'ailleurs, cela me donne une bonne transition vers une triste nouvelle : ma participation à l'émission de radio Lomax, enregistrée depuis la bulle du 106 et diffusée sur Radio HDR (voir note en bas d'article), m'a empêché de voir ce que donnaient Valet Parn puis W.E.B sur scène. Je vous invite néanmoins à jeter une oreille à leurs styles respectifs, le premier officiant dans une sorte de heavy-rock pas déplaisant (mais presque "déplacé" par rapport aux autres groupes de la tournée), le second envoyant une sorte de purée black/thrash réhaussée de pointes de heavy et de gothique qui, pour le compte, fait beaucoup penser au Septic Flesh ancienne formule.

Merci encore à Fotis dont l'interview fut plus qu'agréable.

Quand Svart Crown débarque sur scène, l'ambiance est posée dès les premières notes : on a affaire à un hybride sombre de black-metal à l'ancienne et de death plus actuel, quelque part entre la rapidité soufflante de The Amenta et les relents glauques d'Arkhon Infaustus. Le son n'est pas parfait, quelques notes de guitare un peu trop aiguës viennent nous percer les tympans ça et là ; en revanche, le groupe est tout simplement impeccable sur scène. Les compos puissantes, interprétées avec fougue et minutie, tapent très fort. Le public ne s'y trompe d'ailleurs pas : les petits français ont un accueil chaleureux du public rouennais, pourtant un peu timide, me semble-t'il, par rapport à d'autres audiences chevelues et puant la bière auxquelles j'ai eu la chance de m'intégrer le temps d'un concert. (Etrange, me dis-je, après avoir fait partie d'une sorte de tout indivisible, mouvant et chaud, lors d'un passage de Kreator à une ancienne édition du Wacken Open Air, que le public français soit autant vanté par les groupes.) Quoi qu'il en soit, Svart Crown tape très fort, grand exutoire râpeux et rageux de cette "laideur du monde" qui est la fondation des paroles du groupe.

C'est donc en sueur, déjà brisés de partout, et les pupilles dilatées comme après un cacheton ou une folle partie de jambes en l'air, que nous prions pour que Septicflesh nous étale la deuxième couche et nous brise définitivement les jambes. Sans vouloir passer directement à la conclusion, on peut quand même dire dès maintenant que le concert a, dans les grandes lignes, rempli cet espoir un peu fou. Pas de mise en scène extravagante, mais juste assez pour nous mettre dans l'ambiance : les superbes illustrations de "The Great Mass", que l'on doit au frontman du groupe, Seth Siro Anton, décorent en grand format le fond de la scène et ses ailes, ledit frontman ayant quant à lui une moins extravagante (et encore...) tête de micro tentaculaire du plus bel effet.

"Virtues of the Beast" (from "Sumerian Daemons", 2003) en live, ça envoie pas mal, quand même.

Dès l'ouverture, qui se fait "comme il se doit" sur "The Vampire from Nazareth", toute l'énergie du groupe, captivante bien qu'en demi-teinte, est amplifiée par le rendu très particulier du mélange de metal et de grandiloquence orchestrale, restitué à la perfection. En fermant les yeux, on croirait que l'orchestre et les choeurs sont derrière la scène, en train de jouer avec les musiciens ; en les rouvrant, on réalise qu'en fait il n'y a qu'eux quatre, devant nous, presque à portée de bras, comme possédés par leur création qui vient nous dévorer à notre tour. Le rendu des chansons est techniquement fidèle tout en portant une sorte de supplément d'âme qui donne une dimension mystique au concert.

Sur album, Septicflesh est beau et grand ; sur scène, il est véritablement magistral. Fotis (le batteur) assure comme un monstre derrière ses fûts ; Christos (le guitariste) est autant musicien que performer, se figeant même, beau comme une statue grecque (oui, je sais), lors des parties orchestrales pour nous regarder, stoïques, lever nos poings et hurler comme pour réclamer leur bénédiction ; quant à Seth, finalement le seul vraiment communicatif lors du concert, prêtre appelant aux prières de ses fidèles et leur lançant sa bénédiction (heureusement sans le secours de son goupillon), il insuffle à cet acte fondamentalement théâtral, de toute façon grandiloquent comme la musique qu'il porte, une sorte d'humanité étrange, quelque part entre la communion et le rite vaudou.

"Anubis" (from "Communion", 2008), vu depuis la fosse. L'image est un peu floue, je pense que c'est à cause de la chaleur qui régnait dans la salle.

Les portes de l'enfer se referment trop vite, toujours trop vite ; le groupe revient pour le rappel, histoire de nous achever avec "Anubis" et "Five-Pointed Star", et part soumis à de stupides contraintes de temps, nous remerciant pour notre qualité de public premium plus. Eh, les mecs, on a le public qu'on mérite.



Merci à Antredelachouette pour les lives de "Virtues of the Beast" et "Anubis".
Visitez le site d'Ozirith pour d'autres superbes photos de concerts, de Placebo à Slipknot en passant par Rammstein et Lenny Kravitz.
D'autres photos et/ou vidéos du concert seront ajoutées à cet article dans la semaine à venir (quatrième semaine de mai).
L'émission de radio et les interviews menés entre autres par votre humble serviteur seront mises à votre disposition depuis cette chronique dès leur disponibilité sur la Toile, prévue pour lundi 23 mai.

1 commentaire:

Owlimusic a dit…

Salut, mes vidéos que tu avais utilisés pour ton article ont changées d'adresse, voici les nouveaux liens, si tu veux modifier ton article :

http://youtu.be/JwoHLS90G4k
http://youtu.be/cnfbJV-2Uz4

Enregistrer un commentaire