Suivez Modern Zeuhl

Pour suivre Modern Zeuhl sur Facebook, Twitter, par mail ou via RSS, c'est en bas de page.

mardi 22 février 2011

Interview Igorrr


Le Roi Grr a daigné baisser les yeux sur ma modeste et larvesque personne, et a répondu avec classe et distinction au petit questionnaire que je lui ai fait parvenir, malgré son emploi du temps de ministre. (Ne me demandez pas à quel ministère il pourrait être affecté, je préfère ne pas imaginer.)



Mon cher Gautier, alias Igorrr, bonjour, et merci beaucoup de répondre à cette interview, c'est... comment dire ? un putain d'honneur pour moi. Je t'épargnerai le coup de l'auto-présentation, d'une part parce que le côté "es-tu marié, es-tu riche, es-tu gay" ne m'intéresse pas vraiment, d'autre part parce que j'ai déjà parlé d'Igorrr longuement : je ne te demanderai donc pas de réexpliquer tout ça. En revanche, l'écoute de ta musique me donne envie de commencer par cette question : quelle est ta culture musicale ? 
Dommage, j'aurais préféré parler cuisine, botanique, et de la couleur de mes cheveux, mais tant pis, comme tu veux, parlons musique.
Ma culture musicale est assez diverse, je pense : j'écoute beaucoup de death et de black metal, de musique baroque, de musique électronique, de vielles chansons traditionnelles oubliées, etc. Tout ce qui me parait intéressant, au final, avec un coté très défini dans un style, très extrême et pointu.

Je me souviens avoir lu une interview de Carnival in Coal où ils racontaient qu'ils avaient commencé par faire de la musique sérieusement, avec un succès très mitigé, et puis qu'un jour, comme ça, pour le plaisir, ils avaient "mélangé du bruit avec de la merde", et que CiC était né ainsi. As-tu toi aussi commencé par jouer des musiques plus "conventionnelles" avant de te lancer dans le postbaroquedjentcore ?
Non non, Igorrr est le projet avec lequel j'ai commencé, je n'ai pas essayé de faire quelque chose de plus conventionnel avant. Igorrr, c'est juste le projet où je me fous de savoir si ça va plaire ou pas : je fais exactement ce que j'ai envie de faire sans aucune contrainte de "est-ce que ça sera suffisamment audible ou pas" ou quoi que ce soit, c'est juste la musique que j'ai envie d'écouter. Par contre, oui, je fais ça de manière très sérieuse : le fait d'arriver à exprimer de manière ultra-précise ce que tu penses, ça demande de l'investissement, quoi.


Concernant Igorrr, ne penses-tu pas que les éléments décalés voire absurdes que tu y incorpores (du brossage de sourcils aux incursions de clavecins) peuvent nuire à ta crédibilité en tant que musicien et artiste ?
Oui, c'est possible, on peut très bien penser que, vu qu'il y a des phrases et des samples débiles, ce n'est pas sérieux, et donc cette musique n'est pas digne d'intérêt. 
Mais là, je pense que c'est déjà trop tard. Les gens qui connaissent ma musique me prennent déjà pour un abruti.

Ceux qui regardent tes photos aussi.

Je reste un peu là-dessus : d'où viennent tous ces samples ? Es-tu un collectionneur de séries Z, un fouineur de brocantes acharné ?..
Un collectionneur, oui, un peu : j'ai beaucoup de musiques très différentes chez moi, j'ai une collection de samples que j'ai enregistrés et plein de petites choses comme ça. Mais je dois beaucoup trier, je ne garde que ce qui m'intéresse, sinon je devrais emménager dans un appart plus grand.

Qui crie et grunte sur tes morceaux ?
Il y a deux personnes principalement : Laurent Lunoir, le chanteur de Öxxö Xööx [un intéressant groupe mélangeant doom, baroque et électro, NdR], qui fait les voix hurlées et les voix lyriques, et Simon Fleury, le chanteur de City Weezle [bonne fusion post-Primus bien groovy, NdR], qui fait les voix comme sur "Putrefiunt" et "Excessive Funeral".
Il y a des fois quelques intrusions d'autres chanteurs comme Mulk [grindcore digital qui ramone, NdR], par exemple, sur "Moldy Eye".

Si je te dis que "Dixit Dominus" me fait penser à du Danny Elfman, te sens-tu insulté ? Ou si j'ai le malheur de comparer certains de tes titres, tous albums confondus, avec les débuts de Venetian Snares ? Et y a-t-il d'autres comparaisons que tu aurais voulu entendre ?
Si les comparaisons sont Danny Elfman ou Venetian Snares, ça va, c'est plutôt flatteur, mais quand tu parles de "Dixit Dominus", tu parles de trucs assez vieux hein, y'a pas mal d'années déjà, si tu écoutes Nostril ça n'a plus grand chose à voir. [NdR : Je parle des vieilleries que je veux, nonmého.]
Mais pour les autres comparaisons, j'aurais bien aimé entendre Mireille Matthieu ou Michael Jackson, ça aurait été plus ressemblant que les deux premiers.

Ah bon ?

The Algorithm (à qui tu as apparemment gracieusement laissé quelques-uns de tes samples pour qu'il fasse joujou avec) a déclaré dans ces pages que c'est véritablement l'étude du chaos musical qui l'intéressait. Es-tu dans la même optique ?
Oui, un peu, le chaos est très intéressant d'un point de vue musical, et arriver à le contrôler pour en faire quelque chose de construit et solide, c'est super, je trouve.
Arriver à garder de l'intensité tout le long d'un morceau, tout en ayant comme seule matière musicale du chaos que tu diriges au millimètre près, c'est le bonheur.

NdR : allez écouter le remix de "Caros" par The Algorithm sur Soundcloud :
Ca fait du bien par où ça passe.

Pourquoi ta musique est-elle si glauque parfois ? J'ai du mal à imaginer comment tu peux bien te comporter dans la vraie vie quand j'écoute du Igorrr...
Pourquoi ma musique est-elle si glauque ? C'est une bonne question, je n''en ai aucune idée. Tu n'aimes pas quand ma musique est glauque, toi ? [NdR : Oh que si !]

Dans une interview de toi, j'ai lu que tu affirmais avoir les chansons en tête avant même de commencer à les créer, et que tu pouvais ensuite t'acharner des semaines entières pour obtenir exactement ce que tu voulais entendre depuis le départ. Plus j'écoute "Nostril" et plus j'ai du mal à y croire. Ne laisses-tu vraiment pas de place au hasard ou à la simple bidouille ?
L'idée que j'ai en tête au départ n'est pas celle de la forme concrète finale ; c'est l'esprit général du morceau, ce que tu vas ressentir en l'écoutant : ça oui, c'est très précis, il n'y a pas beaucoup de place au hasard et je peux passer beaucoup de temps sur des petits bouts de morceaux pour que ça sonne exactement comme je l'entends.
Là où c'est plus souple, c'est sur le "comment construire ça" : j'ai des riffs et des idées de breaks, mais je n'ai pas toutes les pièces du puzzle. Là, oui, j'ai des surprises, et je remarque que des trucs inattendus arrivent à exprimer parfaitement ce que je veux.
En fait, il faut juste que ça corresponde précisément à l'idée générale du morceau, sinon j'oublie.

Quels logiciels utilises-tu ?
J'utilise une boite à chaussures vide, des crayons de couleur moches et une vieille machine a laver qui marche plus, et en plus qui pue.

Ceci est un outil de création artistique, bitches.

Histoire de faire encore un peu plus de promo, parle-moi un peu de Whourkr : qui êtes-vous et pourquoi faites-vous ça ?
Whourkr, c'est le projet que j'ai monté il y a quelques années, et qui a comme chanteur Yann Coppier (-i snor).
C'est une sorte de défouloir sans limites, un mélange de brutal death, de breakcore, de noise et de trucs comme ça, très mathématiques et très froids. Et pourquoi on fait ça ? Parce que c'est très agréable à faire, c'est cool et parce que ça sonne bien.

Quels sont tes projets musicaux et paramusicaux pour l'année à venir ?
Finir le papillon en origami que j'ai commencé à faire en 1998.

Ca commence à y ressembler, en effet.

Une petite dernière : si tu devais ne garder que cinq de tes CDs et pulvériser les autres à la scie circulaire pour sauver la vie de tes proches (ou pour ressusciter André Gide, comme tu veux), lesquels sacrifierais-tu en premier sans hésiter, et lesquels finirais-tu par garder ?
Je sacrifierais les miens, je les ai entendus plus d'un milliard de fois déjà, c'est suffisant. Je garderais des disques comme "Gallery of Suicide" de Cannibal Corpse, le premier Portishead, quelques Radiohead et l'intégrale de Domenico Scarlatti.


Merci mille fois, monsieur Igorrr.



Vous en voulez plus ? Alleluyah, mes soeurs et mes frères : Ad Noiseam organise un concert spécial pour son dixième anniversaire ! Au programme : MattaIgorrrNiveau Zero et trois autres artistes du label, le 1er juin 2011 (veille de jour férié) au Batofar (Paris XIII°), de minuit à 6h du matin, 10 euros seulement. Viendez nombreux !


2 commentaires:

Grand_Ju a dit…

Très bon Igorr!!

Bonne surprise! Bonne découverte grâce à zeuhl!!

Modern Zeuhl a dit…

Ca veut dire que t'avais raté la chronique originelle ? Je ne te félicite pas ;)

Enregistrer un commentaire